2e Dimanche TO (A) 2020

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean (1, 29-34)

En ce temps-là, voyant Jésus venir vers lui, Jean le Baptiste déclara : « Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ; c’est de lui que j’ai dit : L’homme qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. Et moi, je ne le connaissais pas ; mais, si je suis venu baptiser dans l’eau, c’est pour qu’il soit manifesté à Israël. » Alors Jean rendit ce témoignage : « J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et il demeura sur lui. Et moi, je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit : “Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, celui-là baptise dans l’Esprit Saint.” Moi, j’ai vu, et je rends témoignage : c’est lui le Fils de Dieu. »

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible – © AELF, Paris

RENCONTRE MARQUANTE

Il y a des événements qui marquent un avant et un après. Certaines rencontres particulièrement qui nous modifient en profondeur. Jean-Baptiste a vécu une telle rencontre. Son récit est frappant. En parlant de Jésus, il dit par deux fois: “Je ne le connaissais pas”. Conscient de préparer le chemin d’un autre, il ne s’attendait pas à vivre lui-même un tel chemin de révélation. Cet homme venant derrière, le précède en fait dans ce Royaume qu’il est venu dévoiler. L’eau de son baptême réunissait les hommes dans le désir de conversion. L’Esprit devait les relever et en faire des fils adoptifs. Il fallait que l’un fasse le trajet de Dieu vers les hommes pour que les hommes puissent emprunter sa voie et lui emboiter le pas. Voilà de quoi Jean-Baptiste est témoin.
Cet homme, sa chair l’a vu, est celui sur qui l’Esprit demeure. Le rencontrer, c’est désormais pénétrer dans l’ère nouvelle qu’il est venu inaugurer. En lui, le péché n’a plus le dernier mot. Il est à l’Esprit. Par lui, il nous est donné, avec Jean-Baptiste, de voir en cet homme, Jésus de Nazareth, l’Agneau de Dieu, le Fils, le salut et le sauveur. Avec lui, il nous est donné d’entrer dans la vie nouvelle des témoins. L’impression de la rencontre les tourne définitivement vers celui qui vient faire toutes choses nouvelles. Pas d’autre nouveauté à attendre. Elle a déjà eu lieu et elle nous attend à chaque instant pour saisir notre chair de cette vérité.
Que voyons-nous ? Du pain, du vin posé sur la table. C’est Dieu fait nourriture qui est là pour faire de nous ses témoins bouleversés par tant de simplicité. Dieu fait homme, pourvoyeur du péché des hommes qui pensaient l’éliminer, est désormais vainqueur en tous ceux qui s’approchent pour le recevoir au creux de leur main. C’est la cohorte de ses témoins désormais. Ils sont là, baptisés dans le don du Fils de Dieu, pour vivre comme lui, l’amour vainqueur. Et c’est son heure à chaque instant. La nôtre.
Marie-Dominique Minassian
Equipe Evangile@Peinture
Print Friendly, PDF & Email