Évangile selon saint Matthieu (28,16-20)

En ce temps-là, les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre. Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes. Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre. Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit,apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »
Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible – © AELF, Paris

 

APÔTRES MISSIONNÉS

Cette fête de l’Ascension nous situe à la fin de l’Évangile selon Matthieu. La Résurrection de Jésus culmine dans cette ultime rencontre avec ses disciples. Ils ne sont plus que onze. Leur groupe garde la mémoire de Judas qui avait un autre projet que celui de Jésus. Les Onze n’ont rien d’autre que cette annonce des femmes qui les a mis en route vers la Galilée. Ils sont de nouveau en chemin. Ils se pensent sans Jésus. Pourtant, de lui aussi ils portent la mémoire. De ces années passées sur les routes. Un style de vie… de ces rencontres, guérisons, enseignements… une densité de vie qu’ils devaient à un maître qu’ils ont suivi, écouté, observé, senti. Ils ont vécu avec lui. Personne d’autre qu’eux n’a une connaissance si proche de ce que Jésus a transmis par toute sa vie, par tout son être. Il leur a permis de tout partager. C’est de sa vie dont il les a chargés. Et ce jour sur la montagne, c’est de confiance qu’il les charge en les missionnant. La Galilée des Nations les attend pour poursuivre le mouvement d’Évangile initié par Jésus. L’investiture est une parole d’envoi: Allez ! Pas de fin de mandat. Car celui qui envoie est désormais de toutes les nations et de tous les temps. Les disciples de toutes les époques se succèdent, gardant la flamme vive du Ressuscité dans leur coeur. Ils sont chargés du pouvoir d’aimer que Jésus tenait de son Père. L’amour sans limite est désormais dans nos coeurs pour en charger l’humanité à rencontrer.
Les disciples ont pour vocation la rencontre. C’est le baptême institué par Jésus. Et au coeur de la rencontre avec le monde, c’est Dieu tout entier qui s’y donne, s’y engage et s’y dévoile. Le baptême, c’est ce qui se produit quand nous allons vers les autres. Être plongés dans la vie divine et sa circulation d’amour. Le baptême, c’est ce bain d’amour permanent dans lequel nous sommes plongés quand nous vivons la rencontre en son Nom. Jésus a définitivement changé la vie de ceux qu’il a rencontrés et aimés, parce qu’il y avait en lui l’amour indéfectible du Créateur de toutes choses. Il a changé la vie de ses disciples qu’il charge aujourd’hui de sa Présence. Il peut changer chaque jour la nôtre si nous acceptons le baptême de sa Présence en nos vies et que nous sortions avec lui à la rencontre de nos contemporains pour vivre l’amour difficile et simple à la fois. Jésus le leur a appris à la veille de sa mort en leur lavant les pieds. Baptême des disciples dans son pardon d’avance… pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis…
Christian de Chergé commentait: « Prendre un tablier comme Jésus, cela peut être aussi grave et solennel que le don de la vie… et vice versa, donner sa vie peut être aussi simple que de prendre un tablier ». Jésus nous confie désormais son tablier avec la mission d’aimer comme lui, mais pas sans lui. Nous sommes donc entre de bonnes mains puisqu’il s’en remet aux nôtres ! Ce baptême nous invite à faire passer à table tous les assoiffés de justice, les affamés de bonheur, les épuisés de la joie. C’est l’heure d’être pour tous le pain de la consolation et le vin de l’espérance.

Marie-Dominique Minassian

Equipe Evangile&Peinture

Télécharger le .pdf: http://www.evangile-et-peinture.org/wp-content/uploads/2020/05/News_ASCENSION-A_202005121.pdf

Pour vous ressourcer
Print Friendly, PDF & Email
Télécharger l'image