12 avril 2015

Deuxieme DIMANCHE DE Pâques

L’EXPERIENCE DE LA FOI

Durant ces jours qui suivent Pâques, la liturgie nous propose bien des rencontres pour attester de la réalité de la Résurrection. Une réalité bien difficile à accueillir comme l'a fait simplement Jean. Il y a comme un saut à faire et qui est présent dans chacun des récits rapportant à leur manière la difficulté à croire que la vie puisse sortir vainqueur de son combat avec la mort. Car la réalité de la mort est de son côté incontestable. C'est d'ailleurs le Crucifié que Thomas va vouloir toucher de sa propre chair pour y reconnaître le Ressuscité.

 

Jésus s'adapte à chacun et surmonte avec les siens les verrous qu'imposent l'irruption de l'irrationnel. C'est précisément la chair qui va reconnaître en Jésus la vie vainqueur de la mort. La résurrection n'est pas abstraite. Elle vient redonner vie à la chair blessée et Crucifiée et ce n'est que la chair qui peut accueillir l'ampleur de la nouvelle. C'est ce qui arrive à Thomas qui fait l'expérience de la foi dans les blessures du Christ. Par ses blessures nous sommes guéris... Toucher la mort en Jésus c'est être libéré de son pouvoir. C'est retrouver l'énergie vitale issue de son côté.

 

C'est entrer dans son souffle. C'est là que s'origine la mission des disciples délivrés de la peur. Le péché d'abandon n'est plus d'actualité. La paix soit avec vous dit Jésus. Chargés de sa paix, les disciples sont désormais les envoyés du Christ pour le pardon des péchés.

 

Puissions-nous donc, à notre tour, prendre la mesure de l'amour que nous avons reçu et nous trouver renvoyés à notre vie en charge de sa paix et de son pardon.

 

Equipe Evangile@Peinture