Évangile selon saint Jean (3, 14-21)

En ce temps-là, Jésus disait à Nicodème : « De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle. Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. » Celui qui croit en lui échappe au Jugement ; celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Et le Jugement, le voici : la lumière est venue dans le monde, et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. Celui qui fait le mal déteste la lumière : il ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dénoncées ; mais celui qui fait la vérité vient à la lumière, pour qu’il soit manifeste que ses œuvres ont été accomplies en union avec Dieu. »

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible – © AELF, Paris

 

FENÊTRE CRUCIFORME

C’est de nuit que Nicodème venait échanger avec Jésus. La lumière avait déjà commencé son œuvre en lui puisqu’il avait reconnu dans les signes accomplis par Jésus la puissance de Dieu. Nicodème est devenu croyant. Le jour s’est levé pour lui. Et les paroles de Jésus sont devenues des ponts pour lui. Des ponts vers une terre heureuse, pour soulever sa vie et la laisser être traversée, attirée par la lumière. Jésus lui révèle les raisons de son irrésistible attraction. C’est l’amour que Dieu a pour les hommes qui brille en lui.

En Jésus resplendit le désir de Dieu que les hommes aient la vie et qu’ils l’aient en plénitude. En Jésus rien d’autre n’occupe son cœur. La croix est le mât sur lequel sera hissé cet amour au plus haut. L’amour est le remède à la perte de soi. Jésus est venu sauver ce qui était perdu. Il est un phare dans la nuit, la nourriture sur le chemin, le sens retrouvé. Jésus, le pêcheur d’hommes, n’a pas besoin de filets. Il est ce que tout homme espère au fond de lui. Il est l’amour vainqueur de toutes les ténèbres.

La croix est le point de ralliement pour tous ceux qui ne se résolvent pas à la nuit, aux ténèbres, à la perte de sens, à la violence. La croix dessine l’issue de secours dressée dans nos déserts. Jésus n’a pas eu à choisir entre son Père et les hommes. C’est par amour de l’un et des autres qu’il s’offre à la vue de tous. Il est la Parole ultime, définitive qui vient s’arrimer à l’intime de chacun. Pas de plus pur propos. Vraiment cet homme est Dieu, pur Amour qui ne se dédira jamais, ancre permanente pour nos vies à la dérive.

L’espérance ne nous manquera jamais. Dieu croit en nous. Et nous ? Croyons-nous en toi ? Qu’avons-nous fait de ton grand amour? Viens, Jésus, élève, captive nos regards, soulève nos cœurs englués, rivés à eux-mêmes, délivre-les de l’inertie, viens leur faire goûter à ta joie d’aimer. Fais-nous grimper sur ta croix. Fais-nous voir la vie vue d’en haut.

 

Marie-Dominique Minassian
Equipe Évangile&Peinture

https://www.evangile-et-peinture.org
https://www.bernalopez.org

Méditation en PDF: https://www.evangile-et-peinture.org/wp-content/uploads/2024/03/4e-Di-Careme-B_20240310.pdf

Print Friendly, PDF & Email